Les larmes de Tarzan de Katarina Mazetti

Publié le par Pachy

les_larmes_de_tarzan.jpg

+++++

 
2005

 

 

 

Elle, c’est Mariana, mais leur rencontre fut assez fracassante pour qu’il la surnomme Tarzan. Lui, il s’appelle Janne, pour de vrai. Mère célibataire, elle élève seule deux enfants, caresse le souvenir de leur fantasque père évaporé dans la nature et tente de nourrir sa petite famille malgré des fi ns de mois asphyxiantes. Lui, il roule en Lamborghini, papillonne sans s’engager avec de jeunes femmes forcément cadres, élégantes et dynamiques, et déteste que des marmots salissent les sièges en cuir de sa voiture de sport.
Ces deux-là peuvent-ils s’aimer ? Et si, malgré l’abîme qui les sépare, ils s’attachent l’un à l’autre, sauront-ils vivre une relation décomplexée qui fera fi des conventions et des barrières sociales ? Après l’immense succès du Mec de la tombe d’à côté, Katarina Mazetti met en scène un nouveau couple loufoque et improbable pour mieux brocarder les injustices sociales et rire de l’éternelle guerre des sexes dans un roman enlevé, drôle et caustique.

 

L’impression de lecture est  bonne. Peut-être même meilleure que pour l’histoire du ‘mec d’à côté’. Pourtant, dès les premières pages, il est permis d’avoir peur d’être en train de lire une copie de son précédent roman.

La seconde impression qui arrive au galop fait référence à Pretty woman . le beau chevalier et Cendrillon des temps modernes. Mais bien sûr, ce serait trop simple et peu intéressant ; alors rapprochons-nous plutôt de Delphine de Vigan.

Les ‘larmes de Tarzan’ est un roman doux amère et riche d’émotions que les mamans lisent persuadées que leur cœur se fend par le milieu ; les papas se contentent d’être émus.

  Je me suis donc associé à Heureuse et Nini dans le plaisir que procure ce livre. 


+décevant
++moyen
+++ bien ++++ très bien
+++++ excellent + coup de coeur



Publié dans CUISINE

Commenter cet article

heureuse 24/02/2010 10:40


Je pense, comme toi, que c'est mon coeur de maman qui a préféré ce roman à son précédent.