Le paquet de Philippe Claudel

Publié le par Pachy


paquet.jpg

+

 
2010

 

 

 

Un homme seul tire un énorme paquet auquel il semble tenir plus que tout. Que renferme-t-il donc ? Le corps de sa femme qu’il aurait assassinée ? Les seuls biens qui lui restent ? Ses souvenirs, ses rêves, ses joies ? Les débris d’une vie ? Nos lâchetés, nos abandons, nos laideurs ? Tous nos maux et nos mots impuissants ?Lorsque le monde s’effondre, la question n’est pas de savoir ce que l’on sauve, mais ce dont on ne peut se débarrasser.

 

Dès les premières pages, Jacques Villeret (qui nous manque cruellement) et sa contrebasse sont revenus  hanter mon esprit. A partir de ce moment j’ai su que j’avais entre les mains un très bon bouquin. 2 heures plus tard j’avais raison. 87 pages, un régal absolu.

La gaité n’est pas, je vous l’accorde, dans les habitudes de Claudel mais là il a écrit ce paquet pour le théâtre en y mettant suffisamment d’humour pour rendre ce monologue léger et brillant. Cependant, ne nous trompons pas ; l'histoire de cet homme est dramatique et poignante ; est-il mytho ? Est-il fou ?  Qu'i y-a-t-il dans ce paquet ? Son histoire à cet homme est bouleversante et pourtant je l'assume, il nous fait rire. Avouez que cet un exercice pas facile ... faire rire avec un sujet sombre.

Je l'ai classé 'Théâtre' mais sa place est aussi dans les romans.

Sur scène ‘Le paquet’ est créé le 27 janvier 2010 par Gérard Jugnot, seul en scène, au Petit Théâtre de Paris et je crois ce sera du très grand Jugnot.
 


+décevant
++moyen
+++ bien ++++ très bien
+++++ excellent + coup de coeur



Publié dans THEATRE - SPECTACLE...

Commenter cet article

Pachy 10/02/2010 13:36


J'ai le sentiment que ce n'est pas nécessaire , comme c'est mon cas, d'aimer Claudel pour apprécier ce monologue. C'est sympa d'imaginer le personnage sous les traits de Jugnot ou même Villeret
pour l'apprécier.
Mais cela reste mon avis acec tout ce que cela comporte
Amts
Michel


heureuse 10/02/2010 11:51


Jamais entendu parler mais j'ai tellement aimé les âmes grises (pourtant un sujet qui ne plaisait pas) que je veux bien te croire.