Le journal d'un corps de Daniel Pennac

Publié le par Pachy

 

9782070124855.gif *****

2012


Le narrateur a commencé à tenir scrupuleusement le journal de son corps à l'âge de douze ans, en 1935.

Il l'a tenu jusqu'à sa mort, en 2010, à 87 ans.

Son projet était d’observer les innombrables surprises que notre corps réserve à notre esprit d'un bout à l'autre de notre vie. Ainsi a-t-il finalement décrit toute l'évolution de son organisme.

Le résultat est le roman d'un corps qui tient moins du précis anatomique que de l’univers malaussénien, car Daniel Pennac évite la froideur du constat médical en introduisant à chaque page des personnages, des situations, des dialogues et des réflexions qui font circuler le sang de l’intimité dans ce corps autopsié que le lecteur, souvent, reconnaîtra comme étant le sien.

   

 

 

Un journal est, dans son concept une autobiographie.Ou l’inverse. Une biographie d’un humain, d’un pays, d’un monde…. d’un corps.

Voilà l’histoire de cet homme, ou plutôt voilà le journal du corps de cet homme, le narrateur. Commencé le 28 sept 1936 à 12 ans 11 mois et 18 jours pour s’achever le 29 octobre 2010 le jour de ses 87 ans 19 jours.

Peut-on dès en livrer l’histoire ? Non. Ce sont 180 pages de petites histoires, étapes de sa vie. Il est évident et il le dis qu’un journal intime du locuteur aurait eu une forme complètement différente. Il aurait surtout manqué de cette saveur de lire, et ce doit être la première fois en littérature, de lire les souvenirs d’un corps humain.

Il est curieux de revivre nos propre étapes et se dire « Ah oui c’est vrai, c’est pareil pour moi » et malheureusement se dire « Ah bon, zut, ça pourrait se passer comme ça dans l’avenir ».

Un dernier point. Mais cela est un vœux direct de Pennac : ‘ Le journal d’un corps masculin’. A quand le journal d’un corps féminin ? Bien entendu écrit par une plume féminine.

 

Daniel Pennac, on le croyait en retraite. Retiré du monde littéraire. On pensait que les Malaussène avaient quitté Belleville pour s’installer loin, peut-être dans le sud marocain.  Mais le voilà de retour l’auteur de la Fée Carabine, de l’œil du loup, de Comme un roman … et c’est un retour plutôt réussi

 

 

 
  
+décevant
++moyen
+++ bien ++++ très bien
+++++ excellent + coup de coeur

Publié dans CUISINE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article