Concerto à la mémoire d'un ange d' Éric-Emmanuel Schmitt

Publié le par Pachy

concerto-a-la-memoire-d-un-ange.jpg

+++++


 
2010

 

Quel rapport entre une femme qui empoisonne ses maris successifs et un Président de la République amoureux ? Qu’est-ce qui rapproche un tueur en série d’une mère cherchant qui a reçu le coeur de son fils accidenté ? Quel lien entre un simple marin honnête et un escroc international vendant des bondieuseries usinées en Chine ?
Tous ont eu la possibilité de se racheter, de préférer la lumière à l’ombre. A chacun, un jour, la rédemption a été offerte. Certains l’ont reçue, d’autres l’ont refusée, quelques uns ne se sont aperçu de rien…
4 histoires liées entre elles. 4 histoires qui traversent l’ordinaire et l’extraordinaire de nos vies. 4 histoires qui creusent cette question : sommes-nous libres ou subissons-nous un destin ?

L'empoisonneuse :
C'est Marie Maurestier, soupçonnée par la jsutice des hommes et relaxée, accusée par la vindicte  villageoise
de St Sorlin en Bugey mais jamais relaxée depuis 20 ans, d'avoir supprimé ses 3 maris, son amant et son autre maîtresse Olga. Mauvaise réputation pour le village ? Non. Les touristes affluent de puis les acquittements successifs. Un nouvel abbé sinstalle à la cure ; le père Gabriel...
Le retour :
Greg, mécanicien sur le navire 'le Granville' est appelé par son capitaine pour une bien mauvaise nouvelle "... Votre fille est morte... ". Mais laquelle deses 4 filles ? Le message ne le précise pas.

Concerto à la mémoire d'un ange :
Axel et Chris, tous deux musiciens virtuoses ; Abel le violonniste et Caïn le pianiste. Tous deux engagés dans ce foutu concours musico-sportif qui se termine par une chasse au trésor en plongée et Caïn qui préfère la victoire plutôt que sauver la vie de Abel en difficulté et .....
Un amour à l'Élysée :
On lui a collé un rôle dont elle ne voulait pas : femme d'homme politique ; d'abord député puis député-maire ;  ministre et enfin Mme Morel première dame de France. Chaque fois un peu de liberté perdue. Personne ne la croirait si elle avouait qu'elle a raté sa vie...


A nouveau E.E Schmitt nous propose un recueil de nouvelles, son toisième après 'Odette tout le monde 'et 'La  rêveuse d'Ostende' et à nouveau l'essai est transformé. Les idées sont originales, différentes et à la fois  liées par un fil conducteur  : la possibilité de rédemption proposée à l'être humain  qu'il accepte ou refuse.
La nouvelle est un art difficile que certains écrivains maîtrisent complètement (Maupassant - Alan Poe). Je crois que l'ion peut ajouter Schmitt à la liste.

  

+décevant
++moyen
+++ bien ++++ très bien
+++++ excellent + coup de coeur


Publié dans CUISINE

Commenter cet article