Ce que je sais de Vera Candida de Véronique Ovaldé

Publié le par Pachy

Ovalde_ce-que-je-sais.jpg

+++++


 
2009

 

Quelque part en Amérique du Sud, dans l’île de Vatapuna ou à Lahomeria, trois femmes d’une même lignée semblent prédestinées à connaître le même sort : mettre au monde une petite fille et être forcée de taire à jamais le nom du père. Elles se nomment Rose, Violette et Vera Candida. Ce sont des femmes éprises de liberté mais enclines à la mélancolie, des femmes téméraires mais sujettes aux fatalités propres à leur sexe. Chacune à sa manière se bat pour faire honneur à ce qu’elles sont : des mères affranchies, bien décidées à se choisir ellesmêmes leur destin.

Dans cette fable éblouissante où le réalisme se mêle à la magie, on retrouve « tout » Véronique Ovaldé, son écriture enchantée, sa fantaisie et son goût pour le merveilleux. Ce que je sais de Vera Candida a l’envergure des histoires universelles.
   
 
Il y a souvent plusieurs raisons qui font aimer un livre mais chaque fois une domine les autres. C'est le cas de ce beau roman : l'ambiance, celle de  l'Amérique du sud ; celle de Sépulveda (le vieux qui lisait des romans d'amour) ou Gabriel Garcia Marquez (cent ans de solitude) ... Une belle saga celle de ces 4 femmes : Rose Bustamente, Violette sa fille et Véra Candida sa petite fille et Monica-Rose, la fille de Vera  Candida. Ajoutez à cela un langage fleuri mais jamais vulgaire qui pétille à nos oreilles.
J'ai passé un très bon moment et je remercie Véronique Ovaldé qui, nomminée au Goncourt aurait mérité d'être nommée.
 

  

+décevant
++moyen
+++ bien ++++ très bien
+++++ excellent + coup de coeur

Publié dans CUISINE

Commenter cet article