Les heures souterraines de Delphine de Vigan

Publié le par Pachy

++++

Le résumé de l'éditeur
Chaque jour, Mathilde prend la ligne 9, puis la ligne 1, puis le RER D jusqu’au Vert-de-Maisons. Chaque jour, elle effectue les mêmes gestes, emprunte les mêmes couloirs de correspondance, monte dans les mêmes trains. Chaque jour, elle pointe, à la même heure, dans une entreprise où on ne l’attend plus. Car depuis quelques mois, sans que rien n’ait été dit, sans raison objective, Mathilde n’a plus rien à faire. Alors, elle laisse couler les heures. Ces heures dont elle ne parle pas, qu’elle cache à ses amis, à sa famille, ces heures dont elle a honte.
Thibault travaille pour les Urgences Médicales de Paris. Chaque jour, il monte dans sa voiture, se rend aux adresses que le standard lui indique. Dans cette ville qui ne lui épargne rien, il est coincé dans un embouteillage, attend derrière un camion, cherche une place. Ici ou là, chaque jour, des gens l’attendent qui parfois ne verront que lui. Thibault connaît mieux que quiconque les petites maladies et les grands désastres, la vitesse de la ville et l’immense solitude qu’elle abrite.
Mathilde et Thibault ne se connaissent pas. Ils ne sont que deux silhouettes parmi des millions. Deux silhouettes qui pourraient se rencontrer, se percuter, ou seulement se croiser. Un jour de mai. Autour d’eux, la ville se presse, se tend, jamais ne s’arrête. Autour d’eux s’agite un monde privé de douceur. 
Les heures souterraines est un roman sur la violence silencieuse. Au cœur d’une ville sans cesse en mouvement, multipliée, où l’on risque de se perdre sans aucun bruit.




On marche sur un fil de la vie , comme un funenbule. On regarde droit devant, sans se retourner;
Lorsque l'on perd l'équilibre, arrive le point de rupture. Là on ne pourra plus se rattraper. Il faudra changer de fil, remonter et recommencer mais l'impression d'avoir échouer sera dure à oublier avant de repartir d'un pas sûr et équilibré.

Sélectionné lui aussi pour le Prix Goncourt, ce recit qui colle à l'actualité est efficace. Il ne s'embarrasse pas de romantisme. Après 'No et moi', Delphine de Vigan revient en force pour cette rentrée littéraire. Personne ne s'en plaindra.

J'ai passé 30 ans de ma vie chez France télécom. J'en suis parti en prenant mes jambes à mon cou, sans regrets Quand vous aurez fini la lecture de ce livre , vous comprendrez mieux les 24 suicides (On ne nous dist pas tout ! sur cette 'mode des suicides').


 

 
+décevant
++moyen
+++ bien ++++ très bien
+++++ excellent + coup de coeur

Publié dans CUISINE

Commenter cet article