Nathan le Sage de Gotthold Ephraïm Lessing

Publié le par Pachy

++++

                 

1187, Jérusalem. Au cœur du chaudron brûlant allumé par les Croisades. Saladin vient de reprendre la ville aux Croisés. Victorieux, il agit vis-à-vis des Juifs et des Chrétiens dans un esprit de tolérance inconnu jusqu'alors. Seuls les Templiers, qui tuent en invoquant Dieu, ne trouvent pas grâce à ses yeux. Or, fait inouï, il vient justement d'en épargner un, un jeune. Et Jérusalem bruit de rumeurs. Ce jeune homme, alors qu'il erre, mélancolique, par les rues de la ville, sauve à son tour des flammes une jeune fille juive - acte, lui, hors normes pour un Templier… Le père de cette dernière, un riche marchand, revient d'un long voyage… La « folle journée » peut commencer.
En imaginant ainsi la rencontre d'un Musulman apôtre de la Tolérance, d'un Juif sympathique, et d'un Chrétien assailli par le doute, Lessing, en 1779, bouscule les représentations de son temps (et du nôtre ?). Il interroge, au plus profond, l'essentiel de ce qui divise et de ce qui rapproche les hommes. Aux dogmes destructeurs, il oppose le doute. Il parie pour l'échange, la rencontre des différences, l'intelligence. Et sa foi dans l'homme prend la forme d'un conte philosophique, « feuilleton identitaire » romanesque et brillant, incarné, alliage unique de gravité et de légèreté, comme seul a pu en produire le Siècle des lumières.

   
Le théâtre n'est pas un genre facile en littérature. L'alternance des répliques rend la lecture parfois difficile. Si je peux me permettre un avis : une des solutions qui en améliorent la lecture est de se choisir un personnage et de faire graviter les personnages autour de soi.
Tout ça pour en venir à mon sentiment : très bonne pièce sur la tolérance, qui est devenue un classique ne serait-ce que pour la parabole des 3 bagues.

+décevant
++moyen
+++ bien ++++ très bien
+++++ excellent + coup de coeur

Publié dans THEATRE - SPECTACLE...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

René 30/11/2008 15:25

Le petit poète déambule parmi les manifestations essentielles de chacun (e)… il s’enquiert de toute lumière…et vous convie au partage des émotions…Amicalement.