Suite française d' Irène Némirovsky

Publié le par Pachy

+

 

Quand j'ai refermé ce livre j'étais sous le choc. Vraiment. Je ne cherche pas à faire du sensasionnel, je veux juste vous transmettre ce que j'ai ressenti.
D'abord ce livre est superbe mais certainement parce qu' Irène Némirovsky écrivait juste. J'emploie l'imparfait du verbe écrire parce que cette femme au
talent immense avait un gros défaut de naissance : elle était juive et elle fût assassinée en 1942 non pas par les allemands mais par des fous furieux SS  qui nous privèrent à jamais d'un très grand auteur.
  
   
Si ce livre raconte l'exode de 1940, il raconte surtout un épisode de cette guerre dont Irène Némirovsky n'a pu connaître l'issue. Voilà pourquoi ce livre m'a sonné, m'a laissé sous le choc. L'idée d'écrire sans même imaginer qu'elle ne pourrait pas le finir.
  
  
Irène Némirovsky était, avant son assassinat, un écrivain reconnu. Nous avons la chance de voir ses écrits réédités et c'est un vrai bonheur : David Golder, le bal, chaleur de sang..... et cette fameuse biographie de Tchékhov.
En 2004, la France lui a décerné le prix Renaudot et c'est-là une juste reconnaissance pour cette femme qui est une immense perte pour la littérature comme le furent tous et toutes qui périrent de la folie des hommes parce que leur seule différence était d'être Juifs.
    

L'oeuvre d' Irène Némirovsky est à lire absolument

     

+décevant
++moyen
+++ bien ++++ très bien
+++++ excellent + coup de coeur

 

Publié dans CUISINE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Heureuse 29/08/2008 10:49

J'aime bien ta phrase "elle fût assassinée en 1942 non pas par les allemands mais par des fous furieux SS".
Je note et essayerai de lire, ne serait-ce que pour faire revivre cette femme quelques instants. On n'est jamais tout à fait mort tant qu'on n'est pas oublié.

Pachy 29/08/2008 13:08


Je me permets d'ajouter cette phrase de Elie Weisel : " Le bourreau tue toujours deux fois, la seconde fois par l'oubli"
J'espère que tu prendras autant de plaisir et d'émotion que moi à lire Irène Némirovsky.
Amts
Michel