Zoo de nuit

Publié le par Pachy

Déchaînés, demi-fous de violence, d’écœurement, de fatigue, de solitude absolue, quatre personnages vivent, dans une sorte de squat, un cauchemar sans retour.
Contradictoires, ils se déchirent, sans rien attendre les uns des autres, essayant une dernière fois, comme pour passer le temps, les innombrables vertus du jeu de désamour.
Ne seraient-ils pas autant de signes de cette fin de millénaire, désabusée, en perte d’utopies ? L’écriture aiguë et vive de Michel Azama dissèque la violence d’une société génératrice d’exclusion.

Cette pièce Michel Azama demande deux lectures prélables Ensuite, sur scène elle prend une dimension très intéressante, apportant beaucoup à ceux qui interprètent ces personnages écorchés, sournois, manipulateurs en marge de la société. Le seul choix disponible :  s'accaparer les texte et le resservir avec toute l'énergie nécessité et Dieu sait quele besoin est énorme.

Publié dans THEATRE - SPECTACLE...

Commenter cet article